A savoir sur l’habitat

L’habitat de votre souris est le lieu où elle passera la majeure partie de sa vie, il est donc très important d’opter pour un habitat adapté, sécurisé et spacieux, selon le nombre de souris. Il faudra également l’aménager correctement de façon à ce qu’elle puisse se divertir avec différents accessoires tout en ayant de la place pour grimper, creuser, courir, se cacher et explorer.

Une cage à souris adaptée doit répondre à tous ces points :

• Respecter le besoin vital de la ou des souris, voir les dimensions.

• Un minimum de 10cm de litière car la souris adore creuser, sachant que 20cm et plus est toujours mieux pour la confection de quelques galeries.

• Un abreuvoir pour oiseaux ou une écuelle d’eau adaptée.

• Plusieurs cachettes, maisons pour que l’animal puisse se cacher.

• Une roue au diamètre adapté, voir les accessoires.

• Du foin

• Une litière complémentaire, voir les différentes litières.

• De quoi grimper, escalader…

• …

  • Conséquences d’un habitat non adapté :

Dans un habitat non adapté à ses besoins : dimensions trop petites, peu d’aménagements etc, la souris peut développer ce qu’on appelle un comportement stéréotypé ou compulsif déterminant un mal être ou d’un stress. Voici des exemples :

• L’animal est peu actif, et ne fait quasiment que manger et dormir

• Certains s’occupent en passant le plus clair de leur temps à faire de la roue, on peut limite parler « d’addiction » à cet objet

• Automutilation : dépilage, grattage…

• Répétition des mêmes gestes : va et vient dans la cage, tourne sur lui même…

• Rongement des barreaux dans le cas d’une cage, léchage / grattage des parois, recherche d’une issue pour s’échapper

• Agressivité uniquement dans l’habitat, l’animal est devenu territorial et protège celui-ci des intrus

Certains de ces comportements n’est pas forcément synonyme que la souris vit dans un habitat inadapté. En effet, l’automutilation peut également être un symptôme de troubles neurologiques par exemple.

  • L’entretien de l’habitat

Si vous possédez un mâle dans le strict minimum requiert (soit 2400 cm²), il faudra changer la totalité de la litière 1 fois par semaine.

Si vous avez plusieurs femelles ou un mâle dans une grande cage avec une bonne épaisseur de litière, changer la totalité de celle-ci une fois par mois sera suffisant sauf si la cage de votre mâle dégage une odeur avant. Mais dans ce cas, il faudra nettoyer les endroits souillés plusieurs fois dans la semaine.

Laver l’intégralité des accessoires une fois par mois est également suffisant. Par contre chez le mâle, c’est l’urine qui dégage une odeur nauséabonde, donc pour éviter qu’il marque trop son territoire après chaque nettoyage, laissez un à deux accessoires portant son odeur.

ll

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *