Fabrication d’un terrarium

Les terrarium font de très bons habitats pour les souris (quand on sait les aménager), ils protègent des courants d’air, sont faciles à nettoyer et désinfecter, et présentent l’avantage d’avoir un accès parfait à l’intérieur. Malheureusement ils sont aussi facilement assez chers, mais quand on a les bases en bricolage et du matériel, on peut tout à fait les fabriquer soi-même. Attention cela peut très bien revenir plus cher, à vous de calculer d’abord vos dépenses 😉

Aujourd’hui je vous emmène avec moi dans la fabrication étape par étape d’un terrarium en mélaminé de dimension intérieure L 100 x l 60 x h 50 cm !

Sommaire

  1. Matériel
  2. Découpe des planches et des aérations
  3. Fixation du grillage
  4. Protection du bord des planches
  5. Assemblage
  6. Découpe et collage des différents profilés
  7. Création du bac amovible
  8. Découpe et mise en place des portes

1- Matériel

  • Scie circulaire
  • Scie sauteuse
  • Scie à métaux
  • Serre-joints
  • Perceuse + forêt et embout
  • Vis à tête plates ( 12mm et 40mm)
  • Boite à onglet
  • Lime (au cas où)
  • Pince coupante
  • Enduit + peinture blanche + toile fine (facultatif)
  • Grillage à petites mailles (pour ma part du grillage pour les ruches)
  • 4,40m de profilés aluminium U 6mm
  • 1 mètre de profilé aluminium double U
  • 3,002 mètre de baguette d’angle en aluminium
  • 2 planches (15mm d’épaisseur) de 103 x 63,3 cm (A et B)
  • 2 planche (15mm d’épaisseur) de 63,3 x 50 cm (C et D)
  • 1 planche (15mm d’épaisseur) de 100 x 50 cm (E)
  • Une bande de plexiglass de 99,8 x 19,8 cm (ou coupé et collé au centre)
  • 2 plaque de plexiglass de 53,5 x 49,2 cm

 

2- Découpe des planches et des aérations

La première chose à faire c’est bien entendu de couper ou faire couper dans un magasin, les planches dont nous aurons besoin (Liste dans « Matériel »). J’ai donc calculé les tailles qu’il me faut en prenant en compte la surface intérieure que je souhaite obtenir, ainsi que l’épaisseur des planches. Par exemple pour la planche du sol (B) sur laquelle vont reposer les « murs » je compte 100 cm de longueur + ( 2 x 1,5 cm) = 103 cm. De même pour la largeur à la différence près qu’il faut compter une fois l’épaisseur de planche, et l’épaisseur de 3 profilés en U soit : 60 + 1,5 + ( 3 x 0,6 ) = 63,3 cm. La planche au sol fera donc 103 x 63,3 cm 🙂

Ensuite il faut tracer les aérations sur la planche C (la D sera coupée en même temps une fois maintenue par des serre-joints), comme ci-dessous et couper à l’aide de la scie circulaire en terminant les coins avec la scie sauteuse pour un rendu le plus propre possible.

Schéma de l’emplacement de l’aération sur la planche C :

schéma

2

3- Fixation du grillage

A l’aide d’une grosse pince coupante, je coupe le grillage avec 4 cm de longueur et de largeur en plus que mes aérations (donc 49 x 28,5 cm). Je le place ensuite comme je le souhaite sur ma planches C et en plaquant bien mon grillage, je met les quatre vis (12 mm tête plate) des extrémités pour que ça ne bouge plus et je termine avec autant de vis que nécessaire. De même pour la planche D (attention au sens, c’est en miroir !!).

Grillage

4- Protection du bord des planches (facultatif)

Afin d’avoir la tranche des planches apparentes protégées et blanches, je lisse avec de l’enduit, et après un léger ponçage avec une toile fine, je peins en blanc.

5

Peinture

5- Assemblage

Les planches C et D reposent sur la planche B ainsi que la planche E qui se trouve également entre les deux première planches citées. La dernière planche nommé A repose sur le tout.

Il faut donc visser toutes les planches entre elles à l’aide des vis de 40mm à tête plate et de la perceuse, sans oublier de faire à chaque fois un pré-trou avec un foret plus petit que la vis, puis repercer avec un foret plus gros, suffisamment pour faire entrer la tête de vis sans quelle ne dépasse. Attention, le mélaminé est fragile !

DSC_1864

DSC_1859

6- Découpe et collage des différents profilés

Je commence par les baguettes d’angle qui vont recouvrir le bord intérieur de mes aérations, afin de les rendre « rongeurs-proof « et donner un rendu propre. Pour cela il me faut une boîte à onglet et une scie à métaux, le but étant de faire des coupes à 45° pour réaliser un joli contour. Petit point de repaire : une fois coupées les pointes vont vers l’extérieur. Attention, il faut penser à l’épaisseur des profilés, donc pour une longueur de 45 cm, la coupe sera de 44,9 cm (côté de l’intérieur du cadre attention) et pour une largeur de 24,5 cm cela donne du 24,3 cm environ. Mieux vaut avoir à limer ou recouper plutôt que ce soit trop court !

Reste à coller à l’aide du silicone (non toxique je le rappelle !).

7

6

8

Passons maintenant aux rails qui accueilleront les vitres. Rien de plus simple, si les mesures sont bonnes il suffit de couper deux fois 1 mètre de profilé en U 6 mm (ou double si vous avez pu en trouver) ainsi que 1 mètre du profilé double U. Les deux premiers sont à coller a l’avant de la planche B et le troisième à l’avant de la planche A, toujours avec le silicone et surtout avec l’aide de serre-joints.

DSC_1877

DSC_1879

7- Création du bac amovible

Bac amovible c’est à dire ? Le principe est de pouvoir enlever la paroi qui retient la litière, pour avoir un meilleur accès lors du nettoyage. On pourra donc le retirer en le faisant coulisser vers le haut.

Maintenant que c’est plus clair, on coupe deux fois 1 mètre de profilé en U à 45° (pointe vers l’extérieur comme tout à l’heure), on en colle un sur la planche B contre les rails de vitre, et 1 sur la longueur de notre paroi F en plexiglas qu’il faudra donc d’abord couper (explication dans le point suivant). Puis on vient couper les deux largeurs (19,8cm) de la même manière et on les colle bien droit contre les parois C et D.

Bac2

8- Découpe et mise en place des portes

Découper du plexiglas peut sembler fastidieux mais n’est pourtant pas plus difficile que le mélaminé quand on a une scie circulaire. De la même manière on trace nos repaires et on coupe le plus droit possible.

Pour mettre en place les vitres, faite entrer la vitre d’abord dans le rail du haut, puis dans celui du bas correspondant, et la vitre est placée. Faites de même pour la seconde 🙂

Un fois nos vitres installées et le terrarium nettoyé, voici le résultat !

Terrarium vide

Après aménagement le voilà prêt à être habité : photo 1 celui ci aménagé pour hamster, photo 2 le terrarium de mes souris (même taille)

Terrarium hamsterTerrarium souris

J’espère avoir été assez claire dans mes explications et que ce tutoriel vous sera utile. Bonne réalisation !

Cage de maternité

Lorsque votre souris va montrer des signes de gestation (bouées + prise de poids régulière), il va falloir la mettre dans une cage de maternité. Cette cage devra être adaptée à la souris gestante et aux petits qui y grandiront. Voici donc quelques points à savoir :

_ La cage : Choisissez-en une plutôt petite avec une bonne aération (50×40 pas en dessous) afin que la maman soit proche de ses petits. Préférez une cage sans barreaux car quand les petits commenceront à se déplacer ils pourront facilement s’échapper.

_ Etages, roue et accessoires en hauteur devront être enlevés la dernière semaine de gestation (quand le ventre grossit beaucoup plus vite) afin d’éviter de fatiguer la maman ainsi que  les chutes qui seront alors bien plus dangereuses que d’habitude.

_ La nourriture et l’eau devront être placées au sol, à disposition de la maman et plus tard des souriceaux. Attention que les petits ne puissent pas se noyer dans le contenant de l’eau !

Uattentionne souris gestante ou allaitante a besoin d’une nourriture plus riche ! Vous pouvez donc donner des vers de farine, de la Blédine, du lait de soja, des graines grasses… en plus grand nombre, dès lors que vous vous rendez compte de la gestation et jusqu’à ce que les petits soient sevrés. Toutefois le but n’est pas de l’engraisser ! Le fenouil est bon pour la lactation, le persil à contrario la coupe.

_ La litière ne doit bien évidemment pas être toxique ni dure (pas de copeaux de bois toxiques ou de maïs) et il devra y en avoir suffisamment pour supporter de ne pas être changée jusqu’à ce que les souriceaux aient au moins 15 jours.

_ Une maisonnette devra être mise dans la cage, assez grande pour accueillir tout ce petit monde et de préférence avec un toit ouvrant pour pouvoir acceder aux petits quand ils seront assez grands, sans défaire le nid si bien organisé de maman.

_ Si vous laissez un tuyau dans la cage, vérifiez que le diamètre permet encore à la maman de passer, il en va de même pour les autres accessoires.

_ Il n’est pas nécessaire de mettre des jeux les quinze premiers jours après la mise bas car la maman sera fatiguée et dormira donc beaucoup. Ensuite vous pourrez remettre la roue et divers jouets qui éveilleront les petits quand ceux- ci sortiront du nid.

Inhalation

Les problèmes respiratoires chez les souris sont très répandus, il est donc assez fréquent de devoir faire des inhalations à ses souris.
Qu’est ce qu’une inhalation ? C’est un traitement qui consiste à absorber des vapeurs d’eau, chargées de principes médicamenteux volatils, par les voies respiratoires.

Que le médicaments soit du pérubore, du calyptol ou tout autre produits prescrit par un vétérinaire compétent, le principe est le même.

Il vous faut 1 bol, le produits dans les dosages prescrit, de l’eau bouillante, une cage (autre que la cage quotidienne),  à barreaux ou avec deux côtés permettant à l’air de circuler, un torchon et votre souris.

Versez l’eau bouillante puis le produit dans le bol, remuez, placez celui- ci soit dans la cage à barreaux recouverte presque entièrement d’un torchon en prenant gare que la souris ne puisse pas avoir accès au bol. Laissez- y  la souris pendant une vingtaine de minutes.

Dans le cadre d’une cage avec la possibilité de faire entrer la vapeur sans mettre le bol à l’intérieur voici le type d’installation qu’il faut faire (celle que j’utilise) :

DSC_0715La vapeur entre d’un côté et sort de l’autre

Précaution à prendre : Surveiller la température dans l’habitacle et la réaction de votre souris. En cas d’intolérance au produit arrêter immédiatement et appeler votre vétérinaire. A la fin d’une inhalation évitez le plus possible les chocs thermiques qui n’arrangeraient pas le problème de votre souris.

Il existe aussi des nébuliseurs (acheté, loué en pharmacie ou prêté par la clinique), qui ont l’avantage d’être plus efficace et d’atteindre les voix respiratoires profondes. On met alors du produit (toujours sous conseil vétérinaire) dans la buse, on place l’embout dans l’habitacle où se trouve la souris et on allume l’appareil.

*En complément ou si vôtre souris tchoum un peu vous pouvez lui proposer une infusion de Thym( à refaire tous les deux jours). Pour cela remplissez un verre d’eau bouillante et mettez à infuser une petite branche de Thym (~5cm) pendant 10 minutes puis enlevée la et laissez refroidir. Vous pouvez ensuite la donner tel quel à la place de l’eau habituel.*

Mort : Que faire ?

La mort de son animal est un moment difficile, précédé d’une période de maladie ou encore subite il faut se faire un nouveau quotidien sans la présence de ce petit être pour qui l’on a tant d’amour. Mais auparavant il faut faire le nécessaire pour les derniers adieux.

Que fait-on du corps ?

Que ce soit une mort naturelle, accidentelle ou abrégée, il y a deux options :

  1. L’enterrement : On place le petit corps dans une boite ou un cercueil biodégradable et on l’enterre à au moins 50 cm de profondeur, loin des points d’eau. (Attention, je parle bien des souris et non de plus gros animaux)
  2. La crémation : Pour cela il faut passer par un vétérinaire qui vous fera remplir des papiers, choisir une urne si vous le souhaitez et conservera le corps de votre animal le temps que les services de crémation passent le chercher. Vous aurez le choix entre l’incinération collective (plusieurs animaux) ou individuelle (plus cher), le prix étant variable selon ce choix (50/100€ environ). Par la suite vous avez la possibilité de récupérer les cendres.

Cimetière2

L’euthanasie :

Cas particulier de la mort, il faut parfois passer par l’euthanasie pour abréger les souffrances d’un animal. Etant passé par la à plusieurs reprise je vais vous expliquer comment cela se passe (bien que cela reste un peu différent selon le vétérinaire).

  1. Le vétérinaire vous reçoit en salle de consultation et ausculte votre souris pour confirmer que c’est la seule option.
  2. Il vous explique comment ça va se passer et vous demande si vous voulez être présent (s’ il ne demande pas n’hésitez pas à vous imposer).
  3. Si vous souhaitez être présent il vous emmène en salle de chirurgie et une fois le matériel prêt il vous laisse quelques instants pour les adieux.
  4. Le moment est arrivé, vous ou le vétérinaire placez la souris dans une petite boite dans laquelle arrive du gaz qui endormira doucement l’animal. Certains vétérinaires font une piqûre pour endormir, cela étant douloureux et stressant je vous conseille de demander la façon de faire précédente. Une fois endormie la souris est sortie de la boite et posée sur la table pour recevoir l’injection d’un produit qui arrêtera son coeur.
  5. A présent il faut choisir ce que l’on fait du corps, les options sont expliquées ci dessus.

DSC_0344

Préjugés sur les souris

Une souris ça pue, ce n’est pas câlin, ça ne sert à rien, leurs queue est dégoûtante, ça mange n’importe quoi, elles adorent le fromage, c’est plus fragile qu’un hamster, ça ne prend pas de place… Des préjugés sur les souris il y en a des tonnes. Mais la plupart ne sont pas justifiés et quand on est propriétaire de souris on doit y faire face chaque jour.

Répondons aux quelques préjugés cités ci- dessus.

Une souris ça pue : Oui les souris ont une odeur (comme tout le monde) mais celle-ci provient surtout de leurs excréments, ce qui signifie qu’avec une bonne hygiène de l’habitat et une grande surface correspondant au nombre de souris, cette odeur peut être régulée. Sachez également que certaines souris sentent fort, chez les mâles mais aussi chez les femelles et que tout dépend également de vôtre propre tolérance. Ainsi certains seront incommodés tandis que d’autres pas du tout.

Une souris ce n’est pas câlin : Chacun son caractère. Il y a des souris très câlines, d’autres ne le seront jamais ou seulement à une période de leur vie.
A savoir qu’un câlin signifie caresser la souris sur les joues et entre les oreilles principalement, car beaucoup aiment cet endroit.

Une souris ça ne sert à rien : Pas plus pas moins qu’un autre être vivant.

Leur queue est dégoutante : Cette phrase nous l’avons tous entendu au moins une fois. Pas jolie peut être mais pas dégoutante, c’est une simple questions de goût et d’à priori.
On dit que la queue des souris n’a pas de poils mais cela est faux, elle est recouverte d’un fin duvet.

Une souris mange n’importe quoi : Les souris sont certes granivores à tendance omnivores tout comme nous, mais tout comme nous également elles ne mangent pas n’importe quoi.

Les souris adorent le fromage : Encore un préjugé tenace. Oui les souris peuvent manger du fromage peu salé et de préférence à pâte dure de temps en temps, mais cela n’est ni bon pour elles, ni vraiment à leur  goût.

Elles sont plus fragiles que les autres petits rongeurs : Tous les petits animaux, les souris au même titre que les autres, sont fragiles et il est important de faire attention pour qu’ils ne tombent pas malade et lors des manipulations également (attention aux jeunes enfants !).

Une souris ne prend pas de place : Détrompez vous ! Il lui faut un minimum de place pour courir, jouet, ce cacher.. bref faire sa vie. On ne met pas un animal dans une « boite à chaussure » sous prétexte qu’il est petit. D’ailleurs même si certaines souris seront alors plus proches de vous car elles ont besoin de vous pour sortir de cet espace réduit, d’autres seront mordeuses et développeront des troubles du comportement. C’est somme toute du conditionnement. De plus il est bien plus intéressant de les voir évoluer dans un grand espace bien aménagé. (Voir les dimensions)

attentionQu’un animal soit petit ou grand il est à considérer de la même façon car il a tout autant besoins de place, de soin et d’attention. Faire des différences entre espèce a un nom : le spécisme.

Cage de quarantaine

Dans l’idéal prenez une cage facilement nettoyable comme une en plexiglas, ou bien une bin-cage et n’oubliez pas qu’une quarantaine se passe obligatoirement dans une autre pièce que celle où se trouvent vos autres animaux.

Non allons nous intéresser au cas d’une opération car l’aménagement est alors spécifique. En effet afin de surveiller les déjections et les éventuelles pertes de sang de vôtre souris, il vous faudra remplacer la litière par du papier absorbant. Dans un premier temps évitez aussi de mettre des accessoires pouvant être grimpés, en hauteur ou qui risquent de s’accrocher aux fils chirurgicaux.

Voici un exemple :

DSC_0205

Cette cage étant en plastique on peut la nettoyer et la désinfecter facilement, tout comme les accessoires. Les gamelles sont facilement accessibles.

N’hésitez pas à demander conseil à vôtre vétérinaire NAC en cas de problème.

Boule en bois

Voici un tutoriel pour fabriquer une  »boule en bois » qui peut être un élément décoratif pour humain et rongeurs et également servir à l’usure des dents.

La qualité des photos est médiocre, je m’en excuse.

Pour la réalisation il vous faut de longues branches toute fines d’un arbre non toxique, ici du noisetier. Elles doivent être fraîches (juste avant les bourgeons) lors du montage pour ainsi être souples.

Tout d’abord il faut réaliser trois cercles de taille égale qui nous serviront d’armature. Pour cela faites vôtre cercle , entortillez le reste de la branche autour d’elle- même et recommencez avec deux autres branches.

1

 

Ceci fait prenez vôtre premier cercle, faites passer le second à l’intérieur, puis le troisième à l’intérieur du second ,et placez les comme ci-dessous.

2

 

L’armature est terminée, il reste donc à réaliser la boule finale. Munissez vous d’une longue branche et faites la passer dessus-dessous (rouge) de chaque demi- cercle et recommencez avec d’autres branches de manière à ce qu’elles restent en place.

03

 

Continuez avec toutes les branches en utilisant les plus courtes à la fin (qui pourront plus facilement être coincées) jusqu’à ce qu’il y ait le moins possible de trous, tout en veillant à garder une forme ronde.

4

 

Laissez la sécher quelque jours et vous pourrez la nettoyer (vinaigre blanc-eau puis four) et enfin l’installer dans l’habitat de vôtre souris.