dsc_1715

Bons ou Mauvais élevages ?

Dans cet article nous allons apprendre à reconnaître les bons des mauvais élevages, et ainsi pouvoir mieux éviter ces derniers.

Tout d’abord il faut savoir qu’un élevage prend du temps à se monter. Cela demande de la disponibilité, de l’argent, de la place et un certain nombre de connaissances.

attentionSi les points suivants ne sont pas respectés, n’adoptez pas là bas ou vous cautionneriez et aideriez à se développer un élevage qui ne se préoccupe pas de ses souris, ni des ses adoptants.

  • L’éleveur doit avoir un plan de travail, c’est à dire une couleur et/ou un marquage définie sur lequel se concentrer pour l’améliorer. Cependant la santé et le caractère passent en priorité, puis le respect du standard de l’espèce (voir l’article Les différents types).
  • Les souris reproductrices doivent être d’une lignée connue, sans problème de santé, avec une bonne  »forme » et un bon caractère.
  • Les installations doivent respecter les normes de taille du pays, être sécurisées et propres.
  • Les femelles doivent être adultes avant de reproduire, et ne pas faire de portées coup sur coup.
  • Le sevrage des souriceaux doit être respecté. Les femelles peuvent donc être adoptées à 6 semaines après être restés avec leur mère, et les mâles à 4 semaines, période de la séparation des sexes.
  • Toutes les souris de l’élevage doivent avoir une nourriture adaptée, correspondant à l’âge de la souris et sa condition (plus riche pour les femelles gestantes ou allaitantes, les souriceaux et les malades) ainsi que de l’eau fraiche à volonté tout les jours dans une gamelle ou un abreuvoir.
  • Elles auront également de bon matériaux pour faire leur nid, des jouets, une roue adaptée et une bonne litière (voir article Les différentes litières)
  • L’éleveur se préoccupe de l’avenir de ses souris chez l’adoptant. Il demande des informations et s’assure que les souris auront tout ce qu’il leur faut dans leur nouvelle famille. En retour il donne des conseils, répond aux questions et fournit des photos de l’animal ainsi que de la nourriture au moment de l’adoption en cas de transition.
  • Pour finir il doit avoir un vétérinaire NAC compétent en cas de soucis de santé.

Tout ces points sont importants et prouvent l’engagement de l’éleveur pour sont élevage. Il faut savoir que ces personnes font cela avant tout par passion et perdent plus d’argent qu’ils n’en gagnent.

Les mauvais éleveurs quand à eux entassent la plupart du temps leur souris dans de petites cages avec biberon, extrudés litière de copeaux de bois et les font reproduire à tout va sans ce soucier de la provenance des reproducteurs, de la morphologie ou de la santé.. etc…

Vous avez maintenant toutes les cartes en mains pour faire la différence entre un bon et un mauvais élevage.

Laisser un commentaire