La cohabitation

Quand on adopte un animal, on se pose souvent des questions à propos de la cohabitation entre individus de même sexe ou non.

Cet article est là pour vous donner un peu plus d’informations sur ce sujet.

Cohabitation entre femelles :

Il faut savoir que les femelles sont strictement grégaires, elles doivent donc vivre minimum à deux, sans quoi elles seraient malheureuses ! Il faut cependant toujours bien vérifier si la cohabitation fonctionne car il se peut que certains individus ne s’entendent pas. Il y a même eu des cas particuliers, rares, de femelles qui n’acceptaient pas la vie en groupe.

333

Cohabitation entre mâles :

On dit souvent que les mâles sont solitaires… Ce qui n’est pas toujours vrai. En effet, dans la nature, les souris vivent en groupe, mâles et femelles confondus. Mais en captivité, faire cohabiter des mâles s’avère risquer. Il ne vaut donc mieux pas tenter soi-même. Cependant, de plus en plus d’éleveurs travaillent la cohabitation entre mâles. Si vous adoptez dans l’un d’eux, il sera tout à fait possible de prendre deux individus et de les faire cohabiter ensemble.

Cohabitation mâle – femelle :

La souris est un animal qui se reproduit très vite et on ne se lance pas dans la reproduction comme ça. Pourtant on voit de plus en plus de souris de compagnie mâles et femelles vivre ensemble sans soucis, tout simplement par ce que les mâles sont castrés. En effet, vu que l’entente entre mâles est assez compliquée, il est conseillé en Allemagne par exemple de faire castrer le ou les mâle(s) pour pouvoir les faire cohabiter avec des femelles sans soucis de reproduction.  Sachez toute fois que l’opération à un coup parfois très élevé suivant les vétérinaires et comporte un risque, comme toute opération.

 

 

L’intégration

L’arrivée d’une nouvelle souris :

1. La quarantaine

Lorsqu’on adopte une ou des nouvelles souris que l’on souhaite intégrer à un groupe déjà formé de femelles, la première étape est de les mettre en quarantaine. C’est une étape obligatoire qui permet de déceler les éventuelles maladies ou parasites qu’elles ont pu attraper et ainsi préserver vos souris initiales de toute contagion. Cette période vous permettra également de faire mieux connaissance avec vos nouvelles protégées.
Vous devez donc prévoir une deuxième cage et tout le nécessaire pour 40 jours et placer cette cage aussi loin que possible de la deuxième afin qu’il n’y ai pas transmission par l’air, d’une maladie. Pensez également à vous laver les mains entre chaque manipulation d’une cage à l’autre pour les même raisons.

2. L’intégration, premier contact

Les souris femelles sont certes grégaires mais si un intrus entre sur leur territoire, elles feront tout pour le faire fuir. Ce qui signifie : violentes bagarres et mort. Il faut donc tout d’abord effectuer des rencontres en terrain neutre. Ni le premier groupe ni le second n’y sera allé auparavant afin qu’elles n’aient déposé aucune odeur. Choisissez un endroit comme une table, un lit ou une baignoire que vous aurez pris soin de sécuriser pour qu’aucune fuite ou chute ne soit possible. Prévoyez également un gant épais ou un gant de toilette qui vous sera utile pour les séparer en cas de bagarre.
Une fois cela fait, vous pourrez les mettre en contact pendant 5 minutes puis renouvelez les rencontres chaque jour en allongeant la durée petit à petit jusqu’à 45 minutes. Au moins 5 rencontre sont nécessaires, et si cela se passe bien les souris vont se renifler le derrière chacune leurs tour sans trop d’insistance. En cas de bagarre séparez et renouvelez l’expérience un autre jour.
Il est aussi possible d’échanger les dodos (hamac) entre les deux groupes, au risque qu’il finisse en lambeaux, pour qu’elles s’habituent à leurs odeurs respectives. Cette technique est utile en cas de souris récalcitrante mais n’est pas indispensable.

3. L’intégration définitive

Si tout s’est bien passé, il y a de bonnes chances pour que ça continue mais restez néanmoins sur vos gardes. Il va falloir maintenant nettoyer la cage définitive de fond en comble pour que toutes odeurs soit exterminées et faire de même avec tous les accessoires. Ensuite ne mettez dans la cage que le strict nécessaire c’est à dire la litière, l’eau, la nourriture et de quoi faire le nid (foin/lanières de mouchoir). Puis placez y les deux groupes de souris. Elles seront alors obligées de faire connaissance et de vivre ensemble.
Vous allez pouvoir observer vos souris (de loin) se renifler et se courir après. La hiérarchie se met en place, il y aura donc quelques pouiks mais pas d’inquiétude, laissez-les faire. Si par contre ça ne ce passe pas bien et que vous voyez des blessures sanglantes sur l’une ou l’autre de vos souris, séparez les et recommencez à l’étape précédente.

Les signes à surveiller et qui nécessitent de séparer les deux groupes de souris sont les suivants :

  • De longues courses poursuite
  • La mise à l’écart prolongé d’une des souris
  • Un amaigrissement significatif
  • Une souris prostrée
  • Une « épilation » excessive
  • Des blessures…

Dans le cadre où tout se passe bien et après 24h minimum dans les circonstances décrites ci dessus, vous pourrez ajouter une maisonnette le premier jour, un ou deux accessoires en décalé le deuxième jour et ainsi de suite en terminant par les roues. Si elles se bagarrent à l’arrivée d’un accessoire retirez le et recommencez le jour suivant.

attentionAttention :
En suivant à la lettre toutes ces étapes, l’intégration devrait bien se passer. Malheureusement il arrive tout de même que des souris ne s’entendent pas, même en ayant recommencé chaque étape et utilisé toutes les techniques possibles. Il faudra donc être prêt à prendre soin des deux groupes séparé et dans le cas d’une souris seule, à lui offrir une copine.

Fugue

Si vous découvrez un jour qu’une souris manque à l’appel, la première chose à faire est de fermer toutes les portes et fenêtres de la maison (chat et chien dehors) afin qu’elle ne puisse se déplacer d’une pièce à l’autre. Si vous avez d’autres souris dans la cage, regardez par où votre fugueuse s’est enfuie et sécurisez.

Une fois cela fait il va falloir examiner la pièce où vous vous trouvez. Vérifiez :

– Sous les meubles (attention à ne pas l’écraser)
– A l’intérieur des meubles si elle a pu entrer
– Les aérations et canalisations
– En hauteur également car les souris sont de bonnes grimpeuses

Si vous n’avez rien trouvé, vous pouvez mettre de la nourriture dans la pièce et une gamelle d’eau qui vous serviront à savoir si la souris est bien dans cette pièce. N’hésitez pas à mettre un aliment odorant et alléchant !

Reproduisez le même schéma pour toutes les pièces et prévenez tout le monde de faire attention où il marche.

Vous pouvez aussi utiliser un piège qui ne blessera pas votre souris comme il s’en vend sur le marché ,ou en fabriquer un vous même :
Prenez un pot large, haut, et à bords lisses, placer une polaire ou un petit coussin au fond, recouvrez le pot d’un linge comme un couvercle, mettez une échelle d’un côté et à l’opposé un aliments alléchant. La souris devrait aller chercher la nourriture et tomber dans le pot sans pouvoir en sortir.

Souvent une souris en fuite se cache dans un endroit douillet et ne pointe son museau que quand il n’y a plus personne et que c’est la nuit. Même si elle est difficile à trouver ou à attraper, ne désespérez pas et bon courage !

 

Apprivoisement

A l’arrivée d’une souris rares sont celles qui se montrent affectueuses immédiatement. Vous devrez donc l’apprivoiser. Patience et douceur sont les maître-mots de cette étape !

La souris fraîchement arrivée dans sa nouvelle maison devra s’habituer au bruit, aux odeur, à vous.. ce qui prend un certain temps. Aussi les trois premiers jours mieux vaut se contenter de l’observer de loin, sans gestes brusques avec comme seule intervention le nettoyage quotidien de la roue et du/des étage(s), le changement de l’eau et de la nourriture.

Les jours suivants vous pourrez peu à peu l’approcher, en lui parlant doucement puis en lui présentant une friandise afin qu’elle associe votre main et votre voix à quelque chose de positif. Si elle ne veut pas la prendre, posez la friandise au sol et réessayez le jour suivant. Dans le cas contraire vous pourrez chaque jour poser votre main dans la cage et y placer une friandise de plus en plus au centre jusqu’à ce que la souris monte entièrement. Reproduisez la même chose plusieurs jours en la soulevant un peu plus haut à chaque fois et quand la souris écarte vos doigts pour descendre laissez la partir.
Petit à petit elle s’habituera à vous et avec un peu de chance se laissera manipuler sans soucis.

Malgré tout la méthode « douce » ne fonctionne pas à chaque fois. Pour les récalcitrantes vous pouvez profiter des sorties en parc pour mieux les approcher mais aussi les mettre sur vous sans qu’elles puissent descendre (assis sur une chaise par exemple) et les habituer doucement, chaque jour, à votre toucher et votre odeur. Donnez une friandises pendant et à la fin de la séance comme tout à l’heure, pour qu’elles l’assimile à du positif.

attention Ne donnez pas d’aliments entre les barreaux ou elle prendra l’habitude de mordre tout ce qui s’y aventure par la suite. Prenez également bien soin de vous laver les mains avant, toujours avec le même savon, pour ne pas avoir d’odeurs de nourriture ou d’autres animaux, sinon gare à vos doigts !

L’apprivoisement est important car il vous permet d’avoir une bonne relation avec vos souris et de pouvoir les sortir, les soigner, changer leur cage.. plus facilement.

Prenez votre temps et bon courage !